Boutique Bummis

L'art d'être parents…naturellement !

A propos de la paternité

L’autre jour j’ai demandé à Stasi, qui est le seul gars dans notre bureau et le fier papa d’Artemis, deux ans, comment il voyait la fête des pères cette année. J’ai beaucoup aimé ce qu’il m’a répondu : 

« Cette année pour la fête des pères je réfléchie beaucoup à un aspect sérieux et compliqué de la paternité que je dois affronter : le sevrage. Après deux ans d’allaitement marathon, avec des sessions d’allaitement qui ont parfois durées toute la nuit, il est temps pour ma fille de trouver une nouvelle façon de dormir.

Pour moi ça veut dire que je peux enfin m’impliquer… Il faut dire que les deux premieres années étaient beaucoup centrées sur sa maman et je me suis souvent senti coupable de ne pas pouvoir aider plus. Mais cette culpabilité est en train de disparaitre pour faire place aux nuits blanches. « 

Plus tard, il m’a envoyé cette photo et mon coeur a fondu…

Poster un commentaire »

Un atelier sur l’Hygiène Naturelle Infantile à la boutique!

(English follows)
Nous avons un super atelier ce weekend : Melissa Bellemare est de retour à la boutique pour parler d’Elimination Communication et nous raconter comment elle à élevé ses bébés sans couches!

L’EC, que l’on appelle aussi Hygiene Naturelle Infantile, consiste à observer les signes et signaux de son bébé pour lui permettre de se soulager dans un pot, un évier ou les toilettes. Cette pratique lui permet de rester conscient de son besoin d’éliminer mais attention, mais attention, il ne s’agit pas de l’apprentissage de la propreté!

Je voudrais vous faire part de mon expérience personnelle, nous avons opté pour l’Hygiène Naturelle Infantile dès la naissance de notre fille, contrairement à ce que beaucoup pourraient croire ça n’est pas plus de travail que de constamment changer des couches et c’est bien plus pratique quand votre petit commence les solides (si vous voyez ce que je veux dire…). Nous avons combiné EC et les couches lavables, à 12 mois notre fille ne portait plus de couches à la maison et à 18 mois nous avons complètement arrêté les couches (même pour les siestes et la nuit!). Elle a 25 mois maintenant et nous ne sommes jamais revenu en arrière.

J’ai assisté à l’atelier de Melissa quand ma fille avait quelques mois, ses conseils et son savoir m’ont été extrêmement utiles! Elle est une des personnes les plus douces, pratico-pratiques et encourageante que je connaisse.

Pour réserver votre place, appelez la boutique au 514-289-9415 ou cliquez ici.

Pour en savoir plus sur Melissa, rendez-vous sur son blog.

We have a very exciting workshop this Saturday! Melissa Bellemare will be back at the store to talk about Elimination Communication and how she raised her own babies diaper free!

EC, also called Natural Infant Hygiene, consists in observing your baby’s cues in order to help him eliminate in a potty, sink or toilet. This practice will help your baby stay aware of her body and own need to eliminate, however this is not potty training!

On a personal note, we did EC with our daughter from birth. It wasn’t any more high maintenance than having to constantly change diapers and A LOT less messy when she started solids (if you know what I mean…). We did a combination of EC and cloth diapering, by the time she was 12 months old she wasn’t wearing diapers at home anymore and by the time she was 18 months old she was completely done with diapers (including naps and night time). She is 25 months now and we’ve never looked back.

I attended Melissa’s workshop when my daughter was a few months old and her tips and knowledge were invaluable! She is one of the sweetest, most practical and most encouraging woman I’ve met!

To book your spot, call the boutique 514-289-9415, or click here

To find out more about Melissa, visit her blog.

Poster un commentaire »

Comment se fait-on à l’idée qu’une personne de notre entourage a perdu un enfant?

flo_school

Par Sandy Dumais, employée de la boutique Bummis et créatrice de Moon and Sparrow.

Plus tôt cette semaine, j’ai vécu une autre étape importante de la vie de parent; mardi matin, j’ai accompagné ma petite Flora à l’école primaire se trouvant de l’autre côté de la rue et l’ai inscrite à la maternelle en septembre prochain.

Par la suite, j’ai pris sa petite main si forte au creux de la mienne et nous sommes revenues à la maison. Je me sentais bien: fière et enthousiaste devant l’épanouissement de sa vie et heureuse de vivre tous ces moments (même les plus exigeants) nous ayant menés jusqu’ici. Nous allons bien, vous comprenez?

À la maison, j’ai apprêté le diner et me suis préparée à me rendre au travail. J’ai ramassé, rangé, nettoyé, peigné, préparé les sacs. Sans réfléchir, je me suis adonnée à ces tâches quotidiennes et à penser à la journée devant moi lorsque j’appris la nouvelle que ma voisine venait de perdre sa petite fille – une petite fille du même âge que ma Flo – ce matin-là. Elle était atteinte de leucémie.

Je savais que sa petite fille avait été malade l’année précédente. J’avais apporté quelques petits cadeaux à sa chambre d’hôpital. Le dessin d’un chat superhéros. Un loup en peluche.

Mon dieu, quelle nouvelle.

Depuis mardi matin, une pensée joue en boucle dans mon esprit. « POURQUOI? » se demande-t-il, « POURQUOI? POURQUOI? »

Absurdement, nos cerveaux tentent de trouver une réponse même lorsque nous savons pertinemment qu’il n’y en a pas.

C’est ce genre d’incident qui peuple les cauchemars de tous les parents.

Pour moi, la vie continue. Ma semaine, mon boulot, les repas. Pourtant, des vagues de larmes m’assaillent, apportant avec elles une douleur vive au centre de ma poitrine et je continue à me questionner, « Pourquoi? » Et de cette question, d’autres jaillissent: Pourquoi est-ce possible? Comment ça peut être? NON.

J’aimerais bien pouvoir me brasser les idées, les virer à l’envers, les examiner et trouver quelque chose en leur sein qui me réconforterait, qui me permettrait de me dire « Ahhh, oui! Au moins, il y a… » Mais ce n’est pas possible. Cette situation ne peut être expliquée.

La vie est ce qu’elle est. Malgré toute sa beauté, elle est parfois injuste. Cette pensée réussit à pincer, mais aussi à calmer mon esprit et mon coeur. La vie est injuste.

Est-ce que ce sont mes peurs de parent mortel qui font que je vibre aussi profondément à cause de cette histoire? Probablement, puisque les « si » nous accompagnent dès la conception de notre enfant, et ce, à chaque fois que nous entendons des histoires choquantes à propos d’enfants. Pourtant, il y a d’autres questions plus profondes qui me trottent maintenant en tête. À chaque fois que je pose un regard sur mes enfants, ma cuisine, ma maison, ma vie, je ne peux m’empêcher de me demander « Pourquoi? Pourquoi moi? Pourquoi j’ai la chance de vivre cette vie si heureuse? »

Ça ne peut arriver à de vraies personnes ce genre de chose.

Mais oui, ça arrive et c’est arrivé. Je la voyais toujours cette adorable fillette et j’ai de la difficulté à y réfléchir sérieusement.

Ensuite, je regarde ma propre fille et je vois une petite personne de 4 ans et toute sa magie. Parfaite sous tous ses plis. Je regarde Flora et son mignon petit corps de 4 ans et j’ai de la difficulté à croire qu’il m’est permis de la serrer dans mes bras chaque soir. Ce matin, en humant l’odeur de mes enfants, je me suis sentie incroyablement chanceuse. Je me suis fait des promesses intenables: je ne me plaindrai plus jamais, je ne me fâcherai plus contre eux, etc.

Ce n’est pas réaliste.

Afin d’en venir à accepter la situation, je devrai cesser de la voir comme mon cerveau me la présente; comme une tragédie.

Voici donc ce que je pense. Une personne ne peut se voir caractérisée simplement par un incident tragique, dans le cas de cette famille, le cancer de leur fillette. Nous devons considérer l’histoire complète, non? Tous les autres moments qu’ils ont partagés, qu’ils partagent et qu’ils partageront.

Je crois qu’ici et maintenant, à tout moment, nous allons bien. Nous pouvons décortiquer les grands moments comme les mauvais en tout petits micro-moments où nous allons bien. L’histoire de cette famille est composée de petits moments de bonheur et de joie et leur cheminement est important et unique à eux; et d’une certaine façon, c’est ce qui est parfait.

 

Poster un commentaire »

Le Grand Changement des Couches Lavables

gcdc2012

Plus que 17 jours avant le Grande Changement des Couches Lavables… êtes-vous aussi impatients que nous??

Nos commanditaires

Cette année encore nous avons le soutien d’incroyables compagnies qui ont offert leurs produits pour les prix de présence et le tirage au sort. Parmi eux MedelaAnointment Skin Care,BravadoCuddlyWrapFunky FluffHappy DoughDouble Maman et bien évidemment, Bummis!

60 sacs avec prix de présence seront distribués aux 60 premiers arrivés! Certains sacs contiendront des « tickets en or » qui vous permettront de gagner d’autres cadeaux.

 Dons de couches lavables et tirage au sort

Chaque participant recevra 3 tickets pour le tirage au sort. Nous profitons de l’évènement pour recueillir vos couches usagées afin de les remettre à l’organisme « Cloth For a Cause » (http://www.clothforacause.org) qui vient en aide aux familles à faible revenu, pour chaque couche dont vous ferez don, vous obtiendrez un billet de plus pour le tirage au sort.

Important: Les couches doivent être utilisables, propres, sans résidus ni mauvaises odeurs. Les élastiques, les boutons pression et les velcro doivent être en bon état.

Le jour de l’évènement 

Vous êtes invités à vous présenter à la boutique à partir de 10h et jusqu’à 10h45 au plus tard (le changement de couches à lieu à 11h00 précises!).

Dans la mesure du possible et parce que notre espace est limité, nous vous conseillons d’emmener vos bébés dans un porte-bébé. Néanmoins, si cela n’est pas possible, nous aurons un service de valet à la boutique pour vos poussettes et sièges auto.

Le changement des couches lavables aura lieu dans un superbe studio de tango où le sol est délicat, il vous sera donc demander de retirer vos chaussures. Un vestiaire avec numéros sera disponible, n’oubliez pas d’emmener des chaussettes pour votre petits et vous-mêmes!

Après

L’évènement se terminera vers 11h15. Nous vous invitons à revenir à la boutique pour retirer votre prix de présence, prix de tirage ou échanger votre ticket en or, et récupérer votre poussette ou siège-auto. Nous espérons que vous aurez le temps de découvrir notre merveilleux quartier et pourquoi pas déjeuner dans l’un de nos restaurants préférés: Cucina, la Taqueria, Patati Patata, Omnivores, Bagels etc ou Sababa Grill.

Poster un commentaire »

Ma tante Rose

tante rose

Mon cycle menstruel a toujours été d’une puissance à ne pas sous-estimer: irrégulier avec flux abondant accompagné par beaucoup de douleur et d’anxiété. Ces facteurs m’ont fait vivre des moments de malaise et de frustration, à l’école aussi bien qu’au travail.  Qu’on ne se le cache pas, parler de nos menstruations est toujours très tabou, il n’est donc pas évident d’annoncer à un employeur, à un enseignant ou à un professeur que nous avons de la difficulté à mener à terme un projet ou une tâche parce qu’on a le cerveau embrouillé et que notre utérus semble comploter contre nous.

Beaucoup d’entre nous, à la visite mensuelle de « ma tante Rose », souffrons en silence.  Personnellement, je vivais beaucoup de ressentiment chaque mois au moment où, inévitablement, une attaque d’anxiété ou une douleur débilitante venait saboter une présentation importante, un moment de détente tant attendue ou une entrevue d’embauche.

« Bonjour, mon nom est Cassie, enchantée de vous rencontrer. Je sais utiliser la suite Microsoft Office, je travaille bien en équipe et je crois que je vais m’évanouir parce que je suis menstruée. » Ouf, on repassera pour la bonne première impression!

Comme beaucoup d’entre vous sûrement, j’ai tout essayé : les tampons, les serviettes hygiéniques jetables, l’Advil, le Tylenol, le Midol et même des médicaments plus forts pour lesquels je devais m’adresser au pharmacien.  Ils atténuaient un peu la douleur, mais me faisaient complètement planer. Je détestais le plastique des serviettes hygiéniques jetables. Les tampons m’allaient un peu mieux, mais je devais les changer à tout bout de champ, j’étais dans une mission de reconnaissance perpétuelle pour trouver la prochaine toilette.  Puis je me suis informée à propos des tampons et quand j’ai découvert de quels produits toxiques ils étaient fabriqués j’ai été horrifiée!

Je fais donc présentement le saut vers des alternatives d’hygiène féminine plus naturelles.  Je suis les conseils d’une amie qui étudie l’herboristerie afin de m’aider à soulager mes crampes menstruelles.  Chaque matin, je me prépare un gros contenant de tisane fait d’un mélange de pimbina et de feuilles de framboisier et je le sirote tout au long de la journée.  Je ressens encore de la douleur, mais cette tisane simple me soulage plus que tous les médicaments que j’ai pris par le passé.*

panty liner bouqet RGB French

Toujours dans la foulée des alternatives naturelles, j’utilise depuis un an déjà la Diva Cup, puis lorsque Bummis s’est lancé dans la conception de serviettes hygiéniques réutilisables, je me suis tout de suite portée volontaire pour les essayer! Wow, quelle différence lorsque je les compare aux serviettes jetables! Elles me permettent de dormir toute une nuit sans fuites.  Toute mince qu’elle est, la serviette ultra-absorbante absorbe plus que les gargantuesques serviettes de nuit que j’utilisais dans le passé.  Les serviettes Bummis sont beaucoup plus confortables et lorsque j’utilise ma Diva Cup, le protège-dessous est le parfait petit compagnon.  Avoir du coton bio tout doux contre ma peau est une façon de me chouchouter, de me dire que je vaux mieux que des produits toxiques et du plastique!

De DEFCON 1, il y a un an, je suis passée à un niveau d’alerte plus gérable.  Je me sens maintenant plus à l’écoute de mon corps et je n’ai plus l’impression que mon cycle menstruel m’agresse… on a trouvé une meilleure harmonie.  Je vois cette symbiose comme un pas en avant vers l’acceptation de soi.  Peu à peu j’enterre la vision négative que j’ai pu avoir de mon corps, vision négative qui est de nos jours difficiles à éviter, surtout en tant que femme.

J’aimerais bien entendre vos histoires menstruelles si vous en avez.  Maintenant, je vous laisse, il me reste une boîte de chocolat de la St-Valentin qui m’attend dans mon lit!

* Veuillez noter que ceci n’est pas un conseil médical, mais bien mon expérience personnelle. Faites ce qui est le mieux pour votre corps et consultez un professionnel de la santé lorsque vous le jugez nécessaire.

Poster un commentaire »

Quand 1 + 1 = 3 et que la flame s’éteint

La Saint Valentin ce n’est pas vraiment mon truc mais j’avoue qu’avoir une journée dans l’année durant laquelle on est supposé faire quelque chose de spécial pour celui ou celle qu’on aime n’est pas une mauvaise idée, particulièrement quand on est des jeunes parents! Si vous avez des enfants, vous savez de quoi je parle…

Je me souviens quand ma fille a eu un an, j’ai soudain réalisé à quel point elle s’était transformée en quelques mois à peine. De nouveau-née complètement dépendante de nos corps et de notre chaleur, elle était devenue une petite fille qui faisait ses premiers pas et riait à pleines dents. Mon mari et moi avions travaillé fort pour élever notre fille du mieux que l’on pouvait, on était fiers de former une si bonne équipe! Notre relation amoureuse par contre, laissait beaucoup à désirer… Nos conversations avaient beaucoup perdu de leur profondeur et les disputes au milieu de la nuit nous avaient laissé avec de la rancune et des ressentiments… notre étincelle avait disparue. Nous savions que nous pouvions nous en sortir mais il aller falloir y travailler.

J’ai récemment demandé à mes amies, mamans elles aussi, comment elles prenaient soin de leur relation amoureuse avec un bébé au milieu et elles m’ont donné de très beaux conseils que je partage avec vous.

« Fait un emploi du temps pour la famille dans lequel il y a du « temps à soi » (par exemple: mes cours de danse et ses matchs de hockey) ainsi que du temps pour le couple sans le bébé. Le temps pour le couple est important mais si chaque partenaire doit sacrifier son temps personnel ou son hobby, ce n’est pas bon. »

« Communique et partage tes sentiments quand tu es fatiguée ou fâchée. On voit bien tous les deux qu’on a changé mais d’en parler, ça nous rassure et on se rends compte que finalement on est toujours les deux mêmes personnes qui sont tombées amoureuses il y a 6 ans. »

« Se remémorer l’époque où on s’est rencontrer est une manière très agréable de reconnecter. Bien sûr on ne peut pas forcer la nostalgie, mais quand je tombe sur une vieille photo ou un message qui date des débuts ça me réchauffe le coeur et je partage avec lui! Aussi les petits gestes d’amour et d’affection sont comme de la graisse dans les rouages de la relation. »

« Moi je trouve que d’être séparés de temps à autre est très important, rien de tel que de se manquer pour raviver la flame. Et quand vous êtes ensemble, parlez de choses AUTRES que du bébé… Je trouve que quand mon mari et moi collaborons sur un projet professionnel par exemple, ça nous donne vraiment une bouffée d’air frais. »

« L’autre chose qui aide vraiment je trouve c’est de parler de notre relation et de notre famille dans le long terme et de voir que cette phase, aussi intense difficile et désorganisée soit-elles, n’est qu’un chapitre. »

Et vous, comment avez-vous géré l’arrivée d’un enfant dans votre couple? Comment entretenez vous la flamme?

Cet article est apparu dans notre infolettre, pour la recevoir tous les mois, inscrivez-vous ici.

Poster un commentaire »

Pour nous, chez Bummis, la communauté c’est important! (3ème partie)

Morristown NY

Morristown est au bord de la rivière, de l’autre côté de la frontière de Montréal. Au Québec, cette rivière s’appelle le St-Laurent et dans l’état de New York, elle s’appelle le St-Lawrence, mais il s’agit du même cours d’eau! (source photo: wikipedia.org)

Dans cette série de billets de blog, nous discutons de l’importance pour Bummis d’établir des liens dans les communautés où nous sommes établis.  Nous faisons partie de 3 communautés magnifiques: la boutique se situe dans le Plateau Mont-Royal, à Montréal, notre manufacture est à St-Jean-sur-Richelieu en Montérégie et finalement, notre deuxième entrepôt se retrouve à Morristown dans le nord de l’État de New York, aux États-Unis.

Cette fois-ci, parlons donc de…

l’entrepôt Américain Bummis – Morristown, New York, É-U

C’est dans un minuscule village frontalier de St. Lawrence County, dans le nord de l’État de New York que se trouve notre entrepôt.  Partie intégrante d’une région agricole qui jouit d’une grande beauté naturelle, Morristown abrite des familles présentes depuis plusieurs générations, des résidents saisonniers et touristes qui viennent profiter du fleuve St-Laurent ainsi qu’une communauté Amish en plein essor.  Malgré un passé prospère dû à son emplacement de choix sur une important voie navigable, Morristown, tout comme nombre d’autres petites communautés nord-américaines, connaît son lot de difficultés économiques.

 

La ville de Morristown s'apprête pour le défilé du 4 juillet

La ville de Morristown s’apprête pour le défilé du 4 juillet

L’accueil chaleureux qu’on nous réservait il y a 10 ans, à l’ouverture de notre premier entrepôt à Morristown, continue de m’épater à ce jour. Notre premier entrepôt n’était qu’une maison sur un lopin de terre marécageux où nous sommes restés jusqu’à ce que les couvres-couche finissent par nous sortir par les oreilles!  L’acquisition d’un ancien bureau de notaire que nous avons reconverti nous permet aujourd’hui d’avoir un plus grand local ainsi qu’un quai de chargement et un charmant mur de lilas.  L’hiver, notre cour se transforme en air de jeu pour les motoneigistes et pour toutes sortes d’animaux.

Ce que j’aime tout particulièrement de Morristown, c’est le lien qui nous unit aux entreprises locales.  Notre banque a deux succursales mais pas de services bancaires en ligne ou de cartes de guichet.  Par contre, les employés m’accueillent de nom lorsque j’entre dans leur établissement et ils sont toujours heureux de voir mon chien lorsque je l’amène avec moi.  Comme dans plusieurs autres petits villages, le bureau de poste reste ouvert de peine et de misère mais demeure le coeur du village.  Et finalement, il y a la quincaillerie familiale locale où l’on retrouve aussi bien de la nourriture pour chiens que des poêles à granules.  Dans le nord de l’État de New York, un service à la clientèle personnalisé et attentionné fait partie de la vie quotidienne.  J’aime participer à ce mode de vie où on est tous voisins et où Bummis contribue à l’essor de l’économie locale en employant des gens du coin.

Le service des expéditions à Morristown est composé uniquement de femmes.  Nous vous présentons Debbie, Fran et Candy, les femmes qui s'assurent que nos produits se rendent à bon port!

Le service des expéditions à Morristown est composé uniquement de femmes.
Nous vous présentons Debbie, Fran et Candy, les femmes qui s’assurent que nos produits se rendent à bon port!

Merci à tous pour avoir permis de vous parler des 3 communautés dont nous faisons parti (Vous pouvez lire la première partie ici et la deuxième partie ici). Dans la prochaine série nous vous raconterons ce que « Fait ici » veut dire pour nous, notamment en ce qui concerne l’achat de nos matières premières!
Poster un commentaire »

Atelier Tricothé

Artemis fox hat and knitted pants

Voici Artemis, la fille d’Edyta, qui porte ici un pantalon en laine et un bonnet « renard »  tricotés à la main par sa maman.

Suite au succès du premier atelier Trico-thé en septembre, Edyta sera de retour à la boutique pour un nouvel atelier en février!

Edyta Niemyjska a appris à tricoter quand elle était enfant. Il y a 4 ans, elle a décidé de reprendre les aiguilles et en peu de temps elle a tricoté toutes sortes de vêtements et accessoires. Le bonnet « renard » que vous voyez sur la photo plus haut? Il fait parti d’un costume d’Halloween qu’elle a entièrement tricoté pour sa fille! Son secret? Une méthode différente de la méthode anglosaxonne et qui lui a valu de nombreux commentaires et compliments de la part d’autres tricoteuses.Que vous souhaitiez apprendre à tricoter ou que vous ayez simplement envie d’apprendre une nouvelle technique, cet atelier est pour vous! Venez à la boutique rejoindre Edyta dans une atmosphère conviviale et relaxante autour d’aiguilles et d’une bonne tasse de thé. L’atelier aura lieu en deux parties, la première le 21 février et la deuxième le 28. Il est conseillé d’assister aux deux afin d’avoir l’occasion de poser toutes vos questions et d’en apprendre un maximum, mais si vous n’êtes disponible que pour une seule de ces dates ce n’est pas un problème!

$5 par participants, chacun devra apporter une paire d’aiguille de taille 7 (4.5 mm), une pelote de laine épaisse et une aiguille à repriser avec un trou assez large pour y enfiler la laine. Le nombre de place est limité, appelez la boutique au 514-289-9415 pour réserver la votre!
Pour plus d’information, veuillez consulter notre page d’évènements facebook ici.
Poster un commentaire »

Gagnant du concours « Un vélo pour deux »

BICYCLES simply lite hero promo FRENCH 400px

Merci à tout les participants de nous avoir raconter leurs belles aventures à bicyclettes, chacune d’entre elles nous a émus, et/ou fait rire, vous mérite tous de gagner! Mais puisqu’il faut choisir, voici l’histoire qui m’a le plus touchée, partagée par Michèle Tessier:

« Mon copain, un écolo invétéré disait ne pas aimer faire du sport et ne pas comprendre pourquoi les gens aimaient souffrir pour se mettre en forme. Quand j’ai acheté mon vélo de route, j’ai essayé de le convaincre de faire pareil, mais sans succès… Mais, quelques années plus tard, voyant le plaisir que j’avais à faire mes sorties de vélo, il décida de s’en procurer un. LA PIQURE! Un vrai malade ;) Maintenant, il fait du vélo 365 jours par année et se rend à sa formation scolaire en vélo été comme hiver. Il y a trois semaine, nous avons accueilli notre premier enfant (déjà au couches lavables ;) et à la fin de ma grossesse et depuis la naissance de notre petit, il brave le froid et les tempêtes pour me laisser la voiture pour mes déplacements avec petit bout. Il parle souvent de l’initiation cycliste de bébé Joël et nous avons très hâte de faire nos premières sorties en famille. Vive le vélo, vive les couches lavables! »

Félicitations Michèle, pour avoir converti votre amoureux au vélo et pour votre nouveau bébé! Veuillez  nous écrire à boutiquebummis@bummis.com pour nous communiquer vos coordonnées afin que l’on puisse vous envoyer votre prix!

 

Poster un commentaire »

Concours « un vélo pour deux »

bike and diaper

Chez Bummis, nous aimons beaucoup vous parler de notre magnifique communauté.  La plupart d’entre vous vivez à Montréal ou visitez régulièrement la ville et ses charmants cafés, avez humés les odeurs de pain chaud sortant de ses boulangeries et venez régulièrement nous rendre visite chez Boutique Bummis, notre mignonne boutique qui se situe au coeur du Plateau Mont-Royal.

Un aspect très charmant de Montréal est sa culture du vélo.  L’été, cyclistes chevronnés et amateurs se partagent les pistes cyclables de plus en plus nombreuses de la ville.  À toutes les heures du jour (et de la nuit!), on y rencontre aussi bien des parents avec leurs bambins que des gens revenant du boulot et des étudiants avec leur sac à dos. Vous n’avez pas de vélo? Vous êtes touristes et vous souhaitez découvrir Montréal en sillonnant ses rues, tout en vous dégourdissant les jambes à vélo?  Pas de problème! Trouvez l’une des nombreuses bornes transactionnelles Bixi, payez et partez!  Ce service de location, conçu à Montréal en 2008 est maintenant opérationnel dans plusieurs villes d’Amérique du Nord ainsi qu’en Europe et en Australie.

fabbibicover

Je profite de ce billet pour saluer la détermination des cyclistes d’hiver que je rencontre au quotidien.  Qu’il fasse -30ºC, qu’il y ait des montagnes de neige ou des patinoires au centre de la chaussée, ils sont toujours au rendez-vous.  Chapeau à vous!

L’omniprésence de la bicyclette à Montréal porte les gens à se mobiliser pour un avenir où la voiture ne serait pas le moyen de transport de prédilection pour les Montréalais (pensez à l’initiative En ville sans ma voiture).  Vous avez peut-être déjà eu la chance de profiter du service de jardinage éco responsable à vélo? Ou peut-être avez-vous visité une des nombreuses coops où des bénévoles partagent leur savoir avec vous afin que vous deveniez votre propre mécanicien de vélo?  Ce ne sont que quelques exemples de l’impact positif de la bicyclette sur notre belle ville.

Notre amour pour notre ville et sa culture du cyclisme a inspiré notre nouveau motif à édition limitée, P’tits Vélos.  Le Simply Lite, le Best-Ever Bib (avec manches) ainsi que le petit sac Fabulous n’auront jamais été aussi mignons!  Afin d’avoir la chance de gagner ce magnifique trio, racontez-nous une de vos péripéties ou un de vos souvenirs liés à la bicyclette.

Bonne chance!

Le concours se termine à minuit (HNE) le mercredi, 29 janvier 2014. Les noms des gagnant-e-s seront annoncés le jeudi, 30 janvier 2014.  Le concours est ouvert aux résidents du Canada.

8 commentaires »