Boutique Bummis

L'art d'être parents…naturellement !

J’ai commencé les couches lavables avec mon quatrième enfant!

le mai 20, 2013

Par Sonya Horan, maman de 4 filles  (10, 9, 7 & 5 ans), vivant à Rigaud, Quebec.

Mes amis, ma famille et même mes connaissances ont cru que nous étions un peu fous lorsque nous avons annoncé vouloir un autre enfant… notre quatrième et dernier. Là où ils ont cru que nous avions complètement perdu la tête, c’est lorsque j’ai annoncé vouloir passer aux couches lavables avec 4 enfants de moins de 6 ans à la maison. Ma mère était l’une des seules à me soutenir.

Peu après l’arrivée de ma quatrième fille, elle a développé un érythème fessier assez violent, le pire que j’ai jamais vu sur un bébé, particulièrement aussi jeune! Ce n’était pas à cause des lingettes puisque je n’utilisais que des lingettes en tissu et de l’eau, j’ai donc commencé à me demander si c’était les couches jetables qui en étaient la cause (ma deuxième fille a eu une réaction allergique aux adhésifs d’une grande marque de couches). Bien que l’érythème tende à s’estomper a l’air libre, il revenait toujours en force pendant la nuit.

C’est au détour d’un email envoyé à mes amies, que l’une d’entre elle m’a proposé de me donner les couches lavables qu’elle avait dans son grenier. Elle ne les avait jamais utilisées mais sa soeur avait mis ses 4 enfants dans des couches lavables. Je n’étais pas très convaincue par l’idée d’utiliser les couches de quelqu’un d’autre, mais je n’avais rien à perdre, surtout si cela pouvait se révéler être la solution pour mon bébé.

Alors que j’attendais que mon colis arrive, j’ai commencé à ressentir des brûlure au niveau de la poitrine, je pensais qu’il s’agissait d’une infection. Mon bébé et moi avons donc été traités et, pour mon plus grand soulagement, après quelques jours nous avons commencé à guérir. Peu après les couches lavables sont arrivées mais je n’en avais plus l’utilité… enfin c’est ce que je pensais!

Quelques semaines plus tard je les ai à nouveau regardées. Alors que les problèmes de fesses étaient « derrière » nous, l’idée d’économiser de l’argent en les utilisant a ravivé mon intérêt. Je me souviens avoir demandé à ma mère comment elle les avait utilisées et elle m’a expliqué tout cela de manière tellement simple et pratique que je n’ai vu aucune raison de ne pas essayer, alors je me suis lancée!

Il s’agissait de couches « à l’ancienne », un simple morceau de tissu carré plié d’une certaine manière, un insert rembourré pour plus d’absorption et un couvre couche en plastique avec des épingles à nourrice… heureusement que quelqu’un m’avais alors déjà parlé des attaches Snappi! Je me suis donc a nouveau tourné vers ma mère qui m’a patiemment expliqué comment plier les couches par téléphone!

908730_10151321225877077_1040731214_n

J’avoue qu’au début j’ai trouvé ça un peu compliqué, principalement parce que je ne savais pas vraiment ce que je faisais, je me suis donc autorisée à utiliser des jetables lorsque j’étais trop frustrée ou dépassée. Mais une fois que j’ai eu assez de pratique, il ne m’a fallu que quelques semaines avant que les couches lavables ne deviennent une seconde nature.

Au lieu d’avoir peur de sortir de la maison au cas où je me retrouverai avec une couche souillée et mal odorante, j’ai commencé à utiliser des sacs ziplock pour les couches sales ce qui nous permettait de passer plus de temps au parc. Mettre les selles aux toilettes ne me dégoutait pas autant que je pensais puisqu’il s’agissait ni plus ni moins de secouer la couche souillée au dessus du toilette, et nous gardions toujours une barre de savon Sunlight pour éliminer les tâches potentielles, on jetait ensuite le tout dans un seau d’eau pour laisser tremper, et voilà!

Quand j’y repense, j’ai fait des découvertes surprenantes à propos des couches lavables. J;ai par exemple réalisé qu’elles sont addictives! Une fois que j’ai trouvé mon propre rythme, je ne me voyais pas retourner vers les couches jetables. Mais la chose la plus importante, c’est qu’en appelant ma mère à l’aide, je lui ai donné l’opportunité de m’aider et de me transmettre son savoir, ce qu’elle n’avait pas pu faire pour l’allaitement, sûrement la raison pour laquelle elle avait été si rapide à me dire « donne lui le biberon » lorsque je rencontrais des problèmes d’allaitement. Non pas parce qu’elle ne croyait pas en ma capacité d’allaiter ou ne respectait pas mon choix, mais parce qu’elle n’était pas capable de m’aider à travers son experience. Mais avec les couches lavables nous avons pu faire rétablir une connexion mère-fille très spéciale. Ça vaut vraiment les 5 minutes de travail en plus par couche vous ne pensez pas?

Trois ans plus tard, alors que plus personne à la maison n’utilise de couches, je cherche toujours quelqu’un pour reprendre mes couches (mais avec toutes ces couches lavables plus mignonnes les unes que les autres je comprends que personnes ne veuille de mes vieux modèles!). Bien sûr, je ne peux pas me résoudre à les jeter, c’est pour quoi je me demande souvent comment les recycler… peut être en serviette hygiéniques… après tout j’ai 4 filles!

Publicités

2 responses to “J’ai commencé les couches lavables avec mon quatrième enfant!

  1. Eve dit :

    Ayant 4 filles moi aussi, j’ai utlisé les couches lavables en alternance avec les jetables. Ne pouvant les jeter, je l’ai effectivement recyclées en serviettes hygièniques de nuit. J’en suis très satisfaite 🙂

  2. MaryBeth dit :

    Super historie!!, moi j’adore mes couches lavables!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :