Boutique Bummis

L'art d'être parents…naturellement !

Shana

le septembre 26, 2012

Allaiter. Je savais que je voulais allaiter mon enfant. Je connaissais tous les avantages du lait maternel pour son développement, j’étais juste totalement inconsciente de certaines difficultés qu’une nouvelle maman peut éprouver lorsqu’il s’agit de la prise au sein, de la production de lait, et du positionnement. Mamelons gercés et qui saignent. Qui l’aurais pensé ? Pas moi.

Trois semaines avant que je donne naissance à ma fille, j’ai perdu ma mère après une éprouvante lutte contre le cancer. Pour être capable de fonctionner normalement, de m’occuper des procédures funéraires, et pour montrer à tous les proches que ça allait, j’ai enfoui toutes mes émotions. Pas le temps de trop pleurer ou de parler de la peine que j’éprouvais. Alors j’ai un peu fait la même chose pour l’allaitement. Ça me faisait extrêmement mal (ma fille avait une EXCELLENTE prise au sein), mais mon lait de montait pas, ou à peine un peu de colostrum. Mais j’ai continué d’essayer. On lui donnait des suppléments pour combler sa faim, et puis j’essayais d’allaiter. Je ne voulais pas abandonner, mais j’espérais follement que mon lait coule à flot pour que je puisse nourrir mon enfant. C’était la seule chose que je savais faire. Elle pleurait pour qu’on la nourrisse, et c’était le seul stress que je me permettais de ressentir. J’ai laisser faire tout le reste…
C’est seulement lorsque l’infirmière du CLSC est venue à la maison et qu’elle a vu mon état émotionnel que ça m’a frappée – je ne vivais pas une situation facile. Elle m’a même dit que si je voulais abandonner, ce n’était pas grave. Elle m’a dit « Vous en avez déjà assez à gérer ». Et ses yeux avaient l’air tristes.
Mais je suis têtue. Et je voulais faire un dernier essai. L’infirmière m’a référée à une consultante en lactation au CLSC de Verdun qui m’a éclairée sur le positionnement (je ne lui ai pas raconté toute ma vie ; j’ai juste dit que ça faisait mal quand j’allaitais ma fille). Je dois aussi dire que ma fille savait ce qu’elle voulait. Chaque fois que mon mari ou moi lui donnions des suppléments au biberon, elle ne mangeait presque rien.  Mais aussitôt que je la posais sur ma poitrine, elle prenait le sein et buvait avec détermination ! AÏE ! Je n’avais pas beaucoup d’autres choix que de continuer à allaiter…
Et bien, trois semaines plus tard, mon lait est monté ! Et la douleur m’a surprise. Personne ne m’avais prévenue ! Avec un tire-lait, un bébé têtu qui ne voulait rien d’autre que le lait de maman (je me demande de qui elle tient ça !) et une consultante en lactation, j’ai réussi à donner le sein, comme je le voulais, jusqu’à ce qu’elle ait 13 mois.
Maintenant que je suis enceinte de Bébé #2, je prévois aussi d’allaiter. J’ai encore des appréhensions, mais quelque chose me dit que ça va être plus facile cette fois…
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :