Boutique Bummis

L'art d'être parents…naturellement !

L’esprit de la Côte Ouest : entrevue avec Nicole de Westcoast Baby

le novembre 24, 2011

Comme certains l’ont peut-être lu, j’ai pendant quelques mois blogué pour Bummis depuis la Côte Ouest. Tout juste de retour à notre bureau de la rue Mont-Royal, c’est peut-être un petit air de nostalgie pour les montagnes, la mer et les mentalités assez cool de l’autre côté du continent qui m’a donné envie de parler d’une entreprise que nous aimons beaucoup ici : Westcoast Baby !

 

 

Si vous êtes déjà venus à notre Boutique, vous avez sûrement posé vos yeux sur les petits kimonos pour nouveaux-nés avec leurs adorables tuques et mitaines assortis. Et bien ces petits vêtements en fibres de bambou doux et bien pensés nous viennent de Westcoast Baby à Vancouver ! J’ai donc réalisé une entrevue avec Nicole, co-fondatrice et co-directrice de l’entreprise. Un bon moyen pour vous de découvrir cette entreprise et peut-être d’ajouter leur produits à votre « liste de cadeaux éco et responsables » pour le temps des fêtes !

 

Nicole et Amanda, co-fondatrices de Westcoast Baby

 

Léa de Bummis : Comment est née l’idée de Westcoast Baby ?

Nicole : Lorsqu’on a démarré l’entreprise il y a sept ans, le marché manquait cruellement de vêtements et d’accessoires pour bébés qui soient doux, jolis et modernes. Alors je dirais que ça a été plutôt facile. On a commencé par utiliser beaucoup d’imprimés modernes sur des articles de base (bavoirs, protège-rots, piqués). À cette époque, l’imprimé le plus populaire était « petits oursons », alors on était contentes de pouvoir offrir quelque chose de nouveau et d’un peu plus adapté à la maman moderne. Depuis, on s’est concentrées sur les produits de layette. Pour Amanda et moi, trouver de nouvelles idées est la partie la plus facile ! Ce sont les autres aspects qui viennent avec la gestion d’entreprise qui sont un défi.

LdB : Est-ce vous aviez de l’expérience dans le domaine ?

N : Oui, j’ai été dans les ventes toute ma vie. Avant Westcoast Baby, j’ai vendu des chaussures pendant à peu près 10 ans.

LdB : Vous êtes une entrepreneuse et aussi une maman. Comment conciliez-vous les deux ?

N : Je trouve mon travail vraiment excitant et épanouissant. Alors je dois vraiment faire un effort pour me déconnecter à la fin de la journée et ne pas travailler pendant les week-ends pour pouvoir passer du temps avec ma famille. Ce n’est pas toujours facile de garder un équilibre, mais j’y travaille.

LdB : Vous avez combien d’enfants ?

N : J’ai une fille de 11 ans et un garçon qui va avoir 7 ans le mois prochain.

LdB : Quel conseil donneriez-vous aux mamans qui voudraient démarrer leur propre entreprise ?

N : Faites de la recherche. Trouvez une niche de marché et si ça marche, essayez de ne pas vous éparpiller dans toutes les directions. Mais, surtout, gardez un œil sur vos dépenses et votre comptabilité !

LdB : On peut dire que « ça a marché », pour vous ! Qu’est-ce qui fait la particularité de vos produits ?

N : On a vraiment fait tout notre possible pour concevoir des produits qui soient pratiques. Avec nos nouveaux-nés, on trouvait que la plupart des vêtements pour enfants n’étaient pas bien ajustés aux bébés. Ils étaient soit trop longs, soit trop larges. Ce qu’on a le plus aimé faire, c’était d’imaginer des produits qui seraient absolument adorables sur nos petits bouts de chou. La réalisation était aussi plutôt facile, particulièrement parce qu’on utilisait de la fibre de bambou.

LdB : Justement, qu’est-ce qui est spécial à propos du bambou ?

N : Le bambou est véritablement le meilleur matériau que j’ai trouvé, et je suis une vraie passionné des tissus. La fibre de bambou est facile à travailler, elle est durable, facile à laver, super absorbante et incroyablement douce. Mais, surtout, le bambou pousse rapidement et naturellement sans pesticides, herbicides ni fertilisants. Les vêtements en bambou (fabriqués mécaniquement ou chimiquement) sont 100% biodégradables et peuvent être complètement décomposés dans le sol grâce à des micro-organismes et au soleil ; le bambou ne se décompose pas en des matières polluantes comme du gaz de méthane qui est un produit dérivé des objets en décomposition dans les décharges et les dépotoirs.

LdB : Est-ce que vous pouvez me parler un peu de la manière dont vous fabriquez vos produits ?

N : Nous sommes fières de tout fabriquer localement ici, à Vancouver, en Colombie-Britannique. Ça nous permet de travailler directement avec les produits et de les produire rapidement en évitant d’en faire des quantités massives. On ne pourrait pas non plus être plus heureuses d’être un fabricant local pour pouvoir engager des Canadiens de notre région !

LdB : J’ai une dernière question : par curiosité, est-ce que vous avez « testé » les produits sur vos propres enfants ?

N : Absolument ! Toutes les idées que nous avons eues, c’était parce qu’on en avait besoin ou qu’on allait les utiliser pour nos propres bébés. Maintenant que mes enfants sont grands, ça me manque beaucoup de ne pas pouvoir essayer les produits avec eux.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :