Boutique Bummis

L'art d'être parents…naturellement !

Breast is best 2/3 : les substituts à la loupe

le juillet 21, 2011

La semaine mondiale de l’allaitement se rapproche à grand pas et ma petite investigation sur l’allaitement vs. les formules pour bébé continue.


Alors, pourquoi les substituts existent ?

Il faut savoir que la question « allaiter ou pas » ne date pas d’hier. Depuis l’Antiquité, les mamans qui n’allaitaient pas confiaient leur bébé à une nourrice qui donnait le sein à leur place. Parfois parce que l’allaitement maternel était vu comme néfaste pour le bébé, parfois par normes sociales, ou parce que les mamans qui ne pouvait pas physiquement allaiter n’avaient pas d’autres recours.

Fin XIXe siècle, Elijah Pratt invente les tétines en caoutchouc d’Inde. Peu de temps après, apparemment, parce que la pratique de la nourrice est vue comme « non sanitaire », on commence à créer des formules à base de lait de vache déshydraté, de gras animaux puis de maltrose (à pbase de malte ou de maïs). Le marché est bien sûr considérable ! Dans les années 50, les formules deviennent un produit de consommation alimentaire courant. Dans les années 80, le marché Nord-Américain est saturé et on exporte les formules vers des pays en voie de développement où elles sont responsables de millions de décès de bébés (voir mon blog précédent).


Les raisons d’utiliser les formules pour bébé : toujours les bonnes raisons ?

Aujourd’hui, si l’utilisation de substituts est devenue courante, on trouve deux grandes familles de raisons :


1. Pour des raisons médicales

La mère ne peut pas allaiter car est atteinte d’une maladie comme le VIH, la tuberculose, l’alcoolisme, a subit une chirurgie mammaire qui l’empêcher de donner le sein ou n’a simplement pas assez de lait ;


2. Pour des raisons non-médicales

À cause de pressions financières, la mère n’a pas le temps d’allaiter ou elle n’est pas autorisée à allaiter ou pomper son lait au travail ; à cause de pressions sociales, si son conjoint ou ses proches s’opposent à l’allaitement ; par croyances personnelles ou à cause d’un phénomène de sexualisation du sein ; ou par préférance personelle.

Aux États-Unis, 1 femme sur 3 nourrit son bébé avec des substituts : dans beaucoup de cas, il n’y a pas vraiment de « raison ». Ça peut être pour suivre la norme, parcequ’on est soumis aux messages publicitaires qui encouragent la vente de formule ou par  manque d’information sur l’importance du lait maternel.

Il faut donc bien peser le pour et le contre lorsqu’on choisit des formules. Par exemple, il existe des types de formules pour les enfants de 2 ans et plus, à un âge ou ils peuvent manger toutes sortes d’aliments solides. Pourquoi ? Parce que quand le marché des formules pour bébé de 0 à 6 mois, et celui de 6 à 24 mois ont été saturés… il a bien fallu trouver de nouveaux clients !


« Give you baby the best start » 

La semaine dernière, ma collègue à Bummis a mis la main sur une publicité dans un magazine pour parents où une compagnie de substituts pour bébé disait : « Give your baby the best start ». Hum hum. On s’entend qu’une formule est un substitut au lait maternel. Un substitut utile dans certains cas, mais, un substitut quand même, qui ne peut pas reproduire le lait maternel, considéré par l’Organisation Mondiale de la Santé comme la meilleure source de nutrition et de santé pour le bébé (rappelons qu’il est conseillé de nourrir un bébé exclusivement avec du lait maternel pendant les premiers mois de sa vie).

(moi avec le magazine en question…au fait, je croisque cette publicité viole le code WHO dont j’ai parlé dans mon autre blog)
 

D’abord, qu’est-ce qu’il y a dans les formules ? Pas mal de choses, apparemment : protéines animales ou de soja, gras, acide linoléique, vitamines A, C, D, E, K, B1, B2, B6, B12, B3, acide folique, acide panthoténique, calcium, magnésium, fer, zinc, cuivre, manganèse, phosphore, iode, chlorure de sodium, chlorure de potassium, glucides, émulsifiants (monoglycérine, gomme), stabilisants, diluants, et d’autres ingrédients selon les marques. Il faut aussi penser au scandale de 2008 où des formules pour enfants ont été contaminées par de la mélamine.

Ensuite, il est impossible de reproduire les vertus du lait maternel parce que sa composition chimique reste encore assez méconnue. Ça a quelque chose d’assez magique, à vrai dire : le lait maternel va changer dans le temps, en produistant du colostrum dans les premiers jours qui suivent la naissance, indispensable pour former le système digestif de bébé et lui transmettre les anti-corps qui vont bâtir son système immunitaire. Mais le lait change aussi selon les besoins de chaque bébé ! S’il est plus faible, par exemple, le lait va devenir plus riche pour le fortifier !


Les solutions pour fournir du lait maternel à son bébé

Si on ne peut/veut pas allaiter directement, il y a quand même des solutions qui valent la peine d’être essayées :

  • Extraire son lait avec une pompe et le stocker dans des contenants lavés avec du savon ou stérilisés dans de l’eau bouillante. Le lait maternel peut être gardé non-réfrigéré pour 24heures, mais, s’il n’est pas utilisé, devrait être jeté. Il peut être congelé après 24 heures au réfrigérateur, et peut se garder au congélateur pendant au moins 1 mois.
  • Il existe aussi des banques de lait ou des associations où des mamans qui ont du lait en donnent à des mamans qui n’en ont pas : à Montréal, il existe MilkShare !
À suivre…
Dans le prochain blog : 20 raisons pour choisir d’allaiter !
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :