Boutique Bummis

L'art d'être parents…naturellement !

Pour le Jour de la Terre, couches lavables vs. couches jetables !

le avril 21, 2011

Samedi 23 avril, c’est le Jour de la Terre. Vous le savez peut-être, Bummis accueille à Montréal les participants au record du monde Guinness du plus grand nombre de couches lavables changées en même temps à travers le monde ! Les couches lavables font leur retour en force ! C’est l’occasion de faire le point…où en est-on exactement ?

D’abord un retour sur l’histoire : on a retrouvé les traces des premières langes (carrés de tissu) dans la Rome Antique, les Romains étant, comme toujours, en avance sur tout le monde ! Le format varie au cours des siècles, se combine à des couvertures d’emmaillotement pour finalement devenir des couches-culottes en coton au XXe siècle, qu’on attache avec des grosses épingles.

L’invention des couches-culottes jetables date de 1956. Ce sont les Pampers. Elles sont composées de pâte à bois blanchie au chlore, de plastique et de produits chimiques qui servent à camoufler les odeurs, parfumer et absorber les liquides ou les transformer en gel.

Ce qui semble être une révolution a pourtant quelques aspects assez dérangeants : un enfant utilise des couches entre sa naissance et le stade de propreté, en moyenne à 2 ans et demi. Au rythme de 2000 couches par an, il utilisera en tout de 4000 à 6000 couches… Et devinez quoi ? Les couches jetables finissent à la poubelle. Les matériaux plastiques qu’elles contiennent ne se dégradent pas. Lorsqu’elles sont incinérées, elles provoquent des émissions de dioxine.

Certaines couches jetables font la promotion de leur ‘biodégradabilité’. Le hic, c’est que comme elles sont enfouies les unes par-dessus les autres, sans air pour se décomposer, on estime que dans le meilleur des cas, elles prendraient 500 ans à commencer à disparaître. Quand même…


Une couche en coton, elle, peut s’utiliser 200 fois et se décompose totalement en…. 6mois
.

Des chiffres évocateurs :

  • En 1990 aux États-Unis, 18 milliards de couches jetables ont été mises à la décharge.
  • Il faut 12 milliards de litres de pétrole et plus de 250 mille arbres (juste pour les États-Unis) pour fabriquer chaque année des couches jetables.
  • Changé en moyenne 6500 fois, chaque bébé produira plus d’une tonne de déchets (emballage non compris).

Depuis une vingtaine d’année, des parents soucieux de cette bombe à retardement écologique ont ré-introduit l’idée des couches lavables. D’abord à l’image des couches d’avant 1956, c’est à dire un matériau en forme de carré avec un couvre-couche, puis avec des choix et des modèles de plus en plus améliorés, le mouvement prend aujourd’hui de l’ampleur. Faites en coton (bio ou non), en chanvre, en bambou ou en microfibres, les couches de tissus sont la seule solution pour un système de couches durables et écologiques.

Et que dire du prix ! Comparez plutôt :


Pour les couches jetables :

–    En moyenne, 5 changements de couches par jour, sur 2 ans et demi = 5 x 365 x 2,5 = 4562,5 couches
–    À 0.46$ en moyenne la couche
–    Coût total des couches jetables : 2107$ CAN


Pour les couches lavables :

–    24 couches au total, à réutiliser pendant toute la période des couches, coût moyen de 761$
–    Dépenses d’énergie, d’eau et de lessive sur 2 and et demi : environ 304$
–    Coût total pour les couches lavables : 1066$ CAN.


Donc, à vos calculatrices, l’économie réalisée avec les couches jetables est de : 1038$ !
Et ce, juste pour le premier enfant. Les enfant suivants pouvant utiliser une partie des couches lavables du premier (les couches plates en coton bio sont presque INDESTRUCTIBLES !), la marge d’économie est encore plus grande…

Mais ce n’est pas qu’une affaire de sous. C’est aussi une question de santé. Aucune marque de couches jetables ne donne la composition de leurs produits. Pourquoi ?! On sait en tout cas qu’ils se composent, hormis la pâte de bois et le polyéthylène, de polyacrylate de sodium contenant une cinquantaine de produits chimiques dont le dioxine, le benzol, les organo-étain, qui sont reconnus pour perturber le système immunitaire et hormonal…

Aucune étude n’existe à l’heure actuelle pour définir l’impact de ces composants chimiques sur les enfants, mais certains de ces produits étant considérés cancérigènes dans d’autres domaines, on est en droit de se poser la question.

Alors, on pourra s’accorder à dire que les couches lavables font leur petit bout de chemin, et pour le meilleur ! Si vous voulez vous aussi que les couches lavables prennent de l’ampleur à travers le monde, venez nous soutenir samedi pour le Grand Changement des Couches Lavables à la Boutique Bummis !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :